mardi 20 février 2024

MMDCLXXX : Un Poilu mort à Verdun né dans le Centre de Paris

  

Cet article pour une fois ne commence pas par des photographies du Centre de Paris.Nous sommes au Perreux-sur-Marne dans le cimetière municipale de Nogent-sur-Marne (dans la partie qui est limitrophe avec cette ville). On trouve au fond de l'allée centrale le Monument au morts de la ville :

Un projet avec une de mes classes m'a permis de découvrir que parmi les centaines de "Héros nogentais", -les Poilus habitant Nogent-sur-Marne morts pendant la Première guerre mondiale-, figurait un natif de Paris Centre dans l'échantillon que j'ai étudié avec mes élèves, c'est-à-dire les premiers de la liste dans l'ordre alphabétique :


Parmi les soldats de la lettre B figure un dénommé Edouard Barbare :


En faisant une recherche sur le site Mémoire des Hommes du Ministère de la Défense, on apprend que ce soldat était caporal dans le 102e régiment d'infanterie et qu'il est mort à Fleury dans la Meuse le 3 septembre 1916.


Ce village a été un des plus disputés de la bataille de Verdun. Il était située au Sud du fort de Douaumiont :


Il avait été pris et repris 16 fois par les Allemands et les Français au cours du mois de juillet 1916. Edouard Barbare est mort début septembre alors que la bataille continuait à faire rage autour des ruines de Fleury. 

Edouard Barbare n'est pas mort en vain. Le village de Fleury a été définitivement repris lors de l'offensve finale lancée par l'armée française fin octobre 1916 :

 

Cependant ce qui a attiré mon attention concernant ce soldat c'est que la fiche de Mémoire des Hommes précise qu'il était né dans le 3e arrondissement le 10 février 1880 :


Cela m'a conduit à aller chercher l'acte de naissance d'Edouard Barbare dans les registres de l'état civil du 3e arrondissement : on peut y lire que son père Léon Hippolyte Barbare (29 ans) et sa mère Zoé Clémence Viart (27 ans) étaient cordonniers et qu'ils habitaient au 76 rue du Temple (dans un immeuble qui a été remplacé depuis par une nouvelle construction au début du XXe siècle).

Détail intéressant, dans la marge un mariage est mentionné le 1er octobre 1901 à la mairie du 10e arrondissement :

Aibsi l'épouse d'Edouard Barbare s'appelait-elle Gilberte Henriette Izra Lefrand. J'ai donc aussi pu consulter l'acte de mariage des deux époux dans les registres de la mairie du 10e arrondissement :


Il y est précisé qu'Edouard Barbare, âgé en octobre 1901 de 21 ans, était employé de commerce et qu'il habitait 197 faubourg Saint-Martin (il ne s'était donc pas installé très loin de son lieu de naissance). Son épouse Gilberte Henriette Izra Lefrand était née le 2 mai 1879 dans le 19e arrondissement, était coupeuse (certainement donc dans le textile) et le père de celle-ci, Emile Jean-Baptiste Lefrand, était tourneur.

Sur l'acte de décès de l'état civil de Nogent-sur-Marne de 1916, il est mentionné  qu''Edouard Barbare et sa femme s'étaient installés à Nogent-sur-Marne et qu'ils demeuraient au 11 rue de Montreuil (je n'ai pas trouvé à quelle rue actuelle cela correspondait aujourd'hui).

En consultant les tables décennales du 10e arrondissement,  je me suis rendu compte que l'année qui a suivi le mariage d'Edouard Barbare et Gilbert Henriette Izra Lefrand, une fille était née le 7 juillet 1902 et qu'elle s'appelait Germaine. 

A cette époque Edouard Barbare et sa femme n'habitaient pas encore Nogent-sur-Marne mais au 36 rue des Ecluses-Saint-Martin (Paris 10e)  mais ce que j'ai trouvé le plus émouvant c'est que cette jeune fille née en 1902 a vécu jusqu'en 1997 :


Elle est décédée à Vincennes le 16 août 1997 à l'age de 95 ans. 

Edouard Barbare a donc laissé une veuve Gilberte Henriette Izra Lefrance (qui avait 37 ans au moment de la mort et de son mari) et au moins une fille orpheline de père Germaine Barbare (qui avait 14 ans quand son père est décédé)  qui a vécu avec ce deuil de la Grande Guerre pendant plus de 80 ans même si on peut lui souhaiter d'avoir été heureuse. Elle avait épousé  le 18 mars 1927 Eugène Fernand Robertet.

Pour finir, voici la signature d'Edouard Barbare telle qu'elle apparaît sur son acte de mariage de 1901. Une manière de conclure  cet article consacré à ce natif du 3e arrondissement mort dans l'horreur de Verdun.





dimanche 18 février 2024

MMDCLXXIX : Les statues du Louvre : Série les personnages (19e volet) : Mathieu Molé par Charles-François Nanteuil-Leboeuf

 

Voici le 19e épisode de la série relative aux statues qui décorent la cour du Louvre. Il concerne la statue de Montesquieu que l'on peut voir dans la partie de l'aile Colbert  :

La statue de Montesquieu est la 1ère en partant de la gauche :

ou la 10e en partant de la droite :

Mathieu Molé apparaît aussi sur la façade de l'Hôtel de Ville de Paris (voir article du 29 décembre 2011). Voici la notice que je lui avais consacré :

Né en 1584, il a été étudiant à l'Université de droit d'Orléans avant de devenir en 1605 conseiller au Parlement de Paris. En 1641, il devient Premier président de cette institution. A ce titre, il joue un rôle important pendant la Fronde. En 1648, jouant un rôle de conciliateur, il obtint de la régente Anne d'Autriche la libération du conseiller Pierre Brossel.

Ce rôle de médiateur lui valut une reconnaissance générale. Cela lui permet d'être garde des Sceaux de 1651 jusqu'à sa mort le 3 janvier 1656.

La statue de Mathieu Molé au Louvre est une œuvre de  Charles-François Nanteuil-Leboeuf.J'ai déjà évoqué ce sculpteur en janvier 2024 car on lui doit la statue de Montesquieu situé plus à gauche dans l'aile Turgot (voir article du 20 janvier 2024).

Nanteuil-Leboeuf a représenté Molé dans sa tenue de magistrat :

La statue a connu un superbe nettoyage entre 2021 et 2022 et elle en avait bien besoin comme le montre cette photographie que j'avais prise en juillet 2021 :

Pour finir une comparaison entre à gauche la statue de Mathieu Molé par Daniel Dupuis telle qu'on peut la voir à l'Hôtel de Ville qui date du début des années 1880 et celle du Louvre par Charles-François Nanteuil-Leboeuf  que l'on peut voir au Louvre :

jeudi 15 février 2024

MMDCLXXVIII : Les façades de Paris Centre : une façade Art Nouveau au 257 rue Saint-Martin


Au 257 rue Saint-Martin (Paris 3e), on peut admirer une très belle façade Art Nouveau


Les décors végétaux caractéristiques de ce style sont présents à plusieurs endroits de la façade :

- les parties supérieures des avancées en arrondies de part et d'autre de la façade :

- les décors de ces avancées :

- le linteau du portail :

Cependant, cet immeuble par ces formes géométriques et par ses ferronnerie annonce le style Art Déco sur le point d'émerger.

Sur la façade on peut lire que cet immeuble a été construit en 1910 par le cabinet d'architectes Charlet et Perrin


Le permis de construire a été déposé le 19 mars 1909 pour un propriétaire dénommé Leleu qui habitait au 1 boulevard de Diderot (Paris 12e), tout près du cabinet des architectes Charlet et Perrin qui était situé au 4 boulebard Diderot.

Joseph Marie Charlet était né le 21 décembre 1865 dans le 12e arrondissement. Voici une copie de son acte de naissance :

Quant à Etienne Perrin, il était natif du 1er arrondissement. Il était né le 5 mars 1873. Sa mère était fleuriste et habitait 3 rue du Boulois :

P.S.  (Information grâce à @Stefdesvosges) :

- Joseph Marie Charlet est mort le 23 février 1937 à Les Ormes-sur-Voulzie (Seine-et-Marne).

Étienne Perrin est mort le 27 novembre 1928 à Paris 10ème.

lundi 12 février 2024

MMDCLXXVII : Les passages de Paris Centre : le passage Molière

Voici un nouvel épisode de la série consacrée aux passages de Paris Centre : il concerne le passage Molière qui est situé dans le 3e arrondissement entre la rue Quincampoix (au niveau du n°82)  et la rue Saint-Martin (au niveau du n°157). 

Ce charmant passage ne fait que 46m de long.

Il a été percé dans un pâté de maisons qui était particulièrement long. Comme on le voit sur le plan Turgot des années 1730, il n'y avait pas de voie Est Ouest entre au Sud le rue de Venise (qui était située au sud de l'actuelle rue Rambuteau) et au Nord la rue aux Ours :

Le passage a été percé approximativement à l'endroit que j'ai représenté en jaune ci-dessous :

Ce passage date de 1791 et donc il n'est pas non plus représenté sur le plan Verniquet de 1790. J'ai à représenté par des tirets jaunes l'emplacement de ce passage :

Par contre, le passage apparaît près de 20 ans plus tard sur le plan Charles Picquet de 1812 :

On voit sur le plan un rectangle juste au nord du passage le long de la rue Saint-Martin. Il s'agit peut-être du théâtre qui a donné son nom au passage et qui avait lui aussi été construit en 1791 d'après le Dictionnaire administratif et historique des rues des Paris de 1844 :

J'ai cependant un doute concernant l'emplacement de ce théâtre car sur le plan cadastral Vasserot du début du XIXe siècle, une salle de théâtre. On y voit la scène et la salle située rue de Quincampoix :

On peut devenir que l'accès à la salle pour les visiteurs (et pour les artistes) se faisait par la rue Saint-Martin (1) et/ ou par le passage :

Ce théâtre a connu bien des vicissitudes. Il existe un article très complet à ce sujet sur le site "Paris la Douce" du 23 septembre 2017 auquel je renvoie car je n'aime pas faire du plagiat.Sur les vestiges du théâtre a été installée en 1995 la "Maison de la Poésie".

Le passage a été réhabilité entre 2017 et 2022. On y trouve des commerces à vocation culturelle (voir cet article sur le site de la Mairie de Paris centre du 1er septembre 2022).


vendredi 9 février 2024

MMDCLXXVI : Les plafonds des Salons des Arcades de l'Hôtel de Ville

  

Les salons des Arcades de l'Hôtel de Ville sont les superbes espaces qui sont situés au 1er étage du côté du quai sur la Seine. On y trouve un superbe décor peint.

Dans le 1er salon (celui le plus à l'Ouest) appelé le salon des Lettres, on peut voir au plafond "Les Muses Parisiennes" (vers 1894). Il s'agit d'une œuvre de Jules Lefebvre (né à Tournan-en-Brie le 14 mars 1834 et mort à Paris le 24 février 1912)  :

puis dans la partie centrale, le salon des Arts est le plus vaste :

On peut y voir au centre "Le triomphe des Arts" (1894) par Léon Bonnat (né à Bayonne le 20 juin 1933 et mort à Monchy-Saint-Eloi le 8 septembre 1922). "L'art est représenté sous la forme d'un jeune homme chevauchant le grand cheval de gloire de Victor Hugo'* :

dans la partie qui représente la base, on peut voir l'ignorance et la barbarie :

Sur le côté du salon des Arts, on peut voir cet autre décor peint :

Enfin, dans la partie la plus, à l'Est, on peut voir le Salon des Sciences :

La peinture centrale représenté "L'apothéose des Sciences" par Paul-Albert Besnard (né le 2 juin 1849 et mort le 4 décembre 1934 à Paris)  :




* in L'Hôtel de Ville de Paris (textes d'Alain Peyrefitte et photographies de François Bilal, 1985



 


mardi 6 février 2024

MMDCLXXV : Paysage urbain depuis le 3e arrondissement de Paris

 

Voici une vue prise depuis un immeuble du sud du 3e arrondissement. On peut y voir une grande partie du 3e arrondissement et à l'horizon une partie du Nord-Est de Paris avec notamment l'église Saint-Amboise et le cimetière du Père Lachaise.


 Ce qui est impressionnant c'est la densité du bâti dans tout cet espace. Cela laisse songeur quand on pense que certains veulent densifier encore davantage la ville de Paris