vendredi 26 février 2021

MMCCLXII : Les statues de la Tour Saint-Jacques (8e volet) : Saint Jacques le Mineur

 

Voici le 8e volet de la série consacrée aux statues qui ornent la tour Saint-Jacques. Au 1er étage, sur la face Ouest, juste à droite de la statue de Sainte Catherine d'Alexandrie (article du 24 janvier 2021), on peut la voir.

Le saint représenté ici est un des 12 apôtres. Il est surnommé le mineur car il ne faut pas le confondre avec un autre apôtre, Saint Jacques le Majeur, auquel l'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie était consacré (et dont la statue se situe tout en haut de la Tour).

Saint Jacques le Mineur aurait été martyrisé en 62 après Jésus-Christ à Jérusalem à l'âge de 96 ans.

Le saint tient dans la sa main droite ce qui ressemble à une équerre (mais ce n'est pas le cas comme on le verre plus bas) et dans sa main gauche le Livre des Écritures :

D'après la Tradition, il ressemblait énormément à Jésus dont il était parent et c'est pour cela que Judas aurait donné un baiser à Jésus lors de son arrestation pour que les soldats romains ne fassent pas de confusion. 

 Jacques le Mineur, après le départ de Pierre pour Rome, aurait été le chef de la communauté chrétienne de Jérusalem c'est pourquoi il est considéré comme le 1er évêque de cette ville. 

Ayant essayé de convertir les Juifs de Jérusalem à la religion chrétienne, il aurait été lapidé tout près du Temple de Jérusalem en 62, à l'âge de 96 ans, et achevé par un coup de foulon porté sur le crâne. C'est en fait cet objet qu'il tient dans la main droite :

Cette statue de Saint Jacques le Mineur est une œuvre de Charles-Auguste Arnaud (1825-1883) auquel on doit le célèbre Chasseur à pied qui décorait jadis le Pont de l'Alma. Il serait mort dans un accident ferroviaire à Chantilly le 30 septembre 1883.




mardi 23 février 2021

MMCCLXI : L'Harmonie, une oeuvre emblématique de l'oeuvre de Volti place Theodor Herzl dans le 3e arrondissement

 

Place Theodor Herzl, à la sortie du métro Arts-et-Métiers dans le 3e arrondissement on peut voir une grande statue (2,5m de long) en bronze aux formes féminines tout en rondeurs.

 Elle est signée Volti sur son socle :


 

Volti est le nom d'artiste d' Antoniucci Voltigero, sculpteur français d'origine italienne, dont l’œuvre n'est pas sans rappeler celle de Bourdelle et de Maillol.

La sculpture a été installée à cet endroit en 1992, trois ans après la mort de l'artiste dont le musée est située au musée de Villefranche-sur-Mer. Elle avait été créée par l'artiste en 1952.

J'ai trouvé un article très intéressant et très complet à propos de cette sculpture sur le site Paris La Douce.

Une copie de cette statue a été présentée lors de l'exposition rétrospective consacrée à Volti en 2014 en République Populaire de Chine (voir aussi cet article sur le blog de Nicolas Antoniucci.


samedi 20 février 2021

MMCCLX : Les Ponts de Paris Centre : Le Pont Royal, le 1er pont de Paris à avoir relié directement la rive Droite et la rive Gauche

 

Le Pont Royal n'est pas le pont le plus connu de Paris Centre. Pourtant il ne manque pas d'intérêt. Il relie la 1er arrondissement et le 6e arrondissement à la hauteur de l'extrêmité Ouest du Louvre où on trouvait jusqu'en 1871 les Tuileries et dont ne subsiste que le Pavillon de Flore :

Un simple coup d'oeil permet de se rendre compte que ce pont est très ancien. Ses arches ressemblent au Pont Marie construit dans la 1er moitié du XVIIe siècle (Pont auquel j'ai consacré le 1er article de cette série le 7 mai 2008).

Le Pont Royal est aujourd'hui le 3e plus vieux pont de Paris (après le Pont Neuf et donc le Pont Marie). Il a été construit en quatre ans entre 1685 et 1689. 

Il s'agit d'une prouesse architecturale. En effet, il s'agit du 1er pont à relier directement la rive Droite et la rive Gauche. Les premiers ponts de Paris (notamment le Pont au Change et le Petit Pont reconstruits à plusieurs reprises depuis, tout comme le Pont Marie et le Pont Neuf passaient par les îles).

Pour la 1ère fois, avec le Pont Royal la rive droite était directement reliée ce qui permet au pont de ne faire que 110m de long (alors que le Pont Neuf qui s'appuie sur la Pointe Ouest de l'île de la Cité fait 238m de long).

 Le pont Royal est un cadeau de Louis XIV à la Ville de Paris. Il a été dessiné par l'architecte Jules Hardouin-Mansart.

Contrairement à des ponts plus anciens aujourd'hui détruits et même au Pont Marie, il n'a jamais comporté de maisons.

On peut voir encore sur le plan Turgot des années 1730 qu'il est longtemps resté le seul pont à relier directement la rive droite à la rive gauche. 

Il faudra attendre la fin du XVIIIe siècle pour qu'un autre pont franchisse directement la Seine de la rive Droite à la rive Gauche : le pont de la Concorde, construit avec des pierres de la Bastille mais ce sera l'objet d'un prochain article...


mercredi 17 février 2021

MMCCLIX : Les passages de Paris Centre : le Passage de la Trinité, un passage au tracé sinueux dans le 2e arrondissement

 

Le passage de la Trinité est un des passages les moins connus de Paris Centre. Il fait 60m de long et serpente entre le 164 rue Saint-Denis et la rue Palestro.



 Ce passage porte le nom d'un hôpital médiéval que l'on peut encore voir sur le plan Turgot des annés 1730 :

Il n'en reste plus rien puisqu'à son emplacement on trouve aujourd'hui le boulevard Sébastopol et la rue de Palestro.

Pour l'histoire de ce passage, je renvoie à l'article très complet de Paris Autrement.

Et à propos de l'Hôpital de la Trinité, vous pouvez lire un passionnant article de Paris Bise Art.


lundi 15 février 2021

MMCCLVIII : Les façades de Paris Centre : Un immeuble Art Déco au 43 rue de la Lune (à l'ange avec la rue Poissonnière)

 

Au 43 rue de la Lune, à l'angle avec la rue Poissonnière, on troue un immeuble caractéristique du style Art Déco qui a dominé dans les années 1920/1930.

On peut lire à un des angles le nom de l'architecte : Joubin :

Parmi les nombreux éléments caractéristiques du style Art Déco on trouve des éléments géométrique avec un décor floral. L'élément le plus important est la frise qui court dans la partie surpérieure de l'immeuble :

Les fenêtres sont très élégamment décorées tant pour la façade qui donne rue Poissonnière :


que celle qui donne sur la rue de la Lune :

 
 
Les consoles qui sont situées sous les corps de gardes de fenêtres sont assez étonnantes :


 Le portail d'entrée (au 43 rue de la Lune) reprend aussi les éléments du style Art Déco :


Cet immeuble aurait peut-être besoin d'une rénovation :

Il n'est pas inventorié au PLU du 2e arrondissement dans la liste des immeubles inscrits dans la liste des protections patrimoniales ce qui -à mon avis- est dommage.

 Cet immeuble est situé juste en face d'une autre immeuble Art Déco : celui du  33 rue Poissonnière, Paris 2e auquel j'ai déjà consacré un (  article paru le 1er mars 2019).

Voici d'autres immeubles Art Déco de Paris centre sur lesquels j'ai déjà publié un article sur L'Indépendant :

- 56 rue Beaubourg, Paris 3e (article du 10 décembre 2019).

 - 4 place de la Bourse, Paris 2e (article du 7 mai 2018)

- 35 rue du Louvre, Paris 2e (article du 4 juin 2020)



vendredi 12 février 2021

MMCCLVII : La fin de l'année du rat dans Paris Centre.... ville l'année du buffle

 

Pour la 1ère fois depuis le regroupement des quatre premiers arrondissements, le Nouvel An chinois est célébré. Cependant, comme par le passé, le 4e arrondissement et le 3e arrondissement qui rassemble une forte population d'origine chinoise sont pavoisés, notamment le long de la rue de Turbigo. et la rue du Temple.

Une mention spéciale pour la Mairie de Paris Centre, l'ex mairie du 3e arrondissement, un bâtiment que je continue à trouver moins intéressant que la mairie du 4e, mais qui mis en valeur par ces décors de Nouvel An :


ll en est de même pour la statue de la place de la République qui est un peu moins morose malgré le décor minéral qui caractérise la place qui l'entoure depuis sa réorganisation.


L'année du Rat s'achève pour laisser place à l'année du Buffle de métal. N'étant pas un adepte de l'astrologie... de quelle qu'origine qu'elle soit, je vais m'abstenir d'en tirer des conclusions.

jeudi 11 février 2021

MMCCLVI : La statue équestre de Jeanne d'Arc avec son étendard, une oeuvre d'Emmanuel Frémiet

 

Voici le 6e article consacré aux statues équestres de Paris* et la série s'arrêtera là car à ma connaissance dans l'espace public on ne trouve pas d'autres statues de ce genre de Paris Centre (qui est je pense le secteur de Paris où on trouve le plus de statues de ce genre, la statue équestre étant depuis celle de l'empereur Marc-Aurèle à Rome considéré comme un honneur réservé aux personnages les plus illustres).

L'article d'aujourd'hui est consacré à la statue équestre de Jeanne d'Arc que l'on peut voir place des Pyramides (située au croisement de la rue des Pyramides et de la rue de Rivoli). 

Cette statue est signée Emmanuel Frémiet. Elle date de 1874 et ne manque pas d'élégance. Je l'ai prise en photographie sous différents angles pour ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir la voir régulièrement :



J'avais déjà fait une série de photographies de cette statue en mai dernier juste au moment du 1er déconfinement mais il manquait un petit détail. L'étendard avait disparu (ce qui avait alerté certains sites complotistes fin juin). Cela avait permis au Ministère de la Culture d'apprendre que l'étendard était en restauration. Cela permettrait de faire des photographies qui donnaient un autre rendu de cette statue :


 


On peut d'ailleurs note que le piédestal est dans un triste état et aurait lui aussi besoin d'une restauration :


D'après ce que j'ai lu Emmanuel Frémiet a pris pour modèle une Aimée Girod (1856-1937), une paysanne de Domrémy, le village de Lorraine d'où était originaire Jeanne d'Arc. 

Cette statue est située à quelques centaines de mètres de la porte Saint-Honoré qui marquait l'entrée dans l'enceinte de Charles V où Jeanne d'Arc a été blessée en 1429 en essayant de libérer Paris de la domination anglaise.


lundi 8 février 2021

MMCCLV : La nef de Paris dans Paris Centre (38e volet) : la fontaine Vertbois

 

Voici un nouvel article de la série consacrée à la nef de Paris. Il s'agit de celle que l'on peut voir sur la fontaine Vertbois :


Cette fontaine a été élevée en 1712 sur les ordres de Louis XIV par Pierre Bullet (1639-1716). Elle est située à un angle de l'ancienne enceinte du prieuré Saint-Martin devenu depuis la Révolution française le Centre National des Arts et Métiers (CNAM) à l'angle de la rue Saint-Martin et de la rue Vertbois :

Cette nef comporte un détail amusant : on observe un petit chien à sa base.