vendredi 29 juin 2018

MMXIII : Le marquage au sol en l'honneur des LGBT à nouveau pris pour cible


Ce matin alors que je me promenais dans le 4e arrondissement, j'ai découvert que le marquage au sol au couleur du rainbow flag avait à nouveau été vandalisé avec l'apparition d'une mention "Dictature LGBT" poursuivie par "Hidalgo dégage".
J'ai aussitôt fait un tweet qui a conduit à la disparition très rapide de ce graffiti mais je tiens à nouveau à faire un article car j'ai lu ici et là des réactions qui me chiffonnent :

- Certains (notamment sur un blog bien connu du Marais) se font les porte-voix de ceux qui considèrent que ces rainbow flags ne sont pas à leur goût. Ils mettent en avant des membres de la communauté LGBT qui seraient opposés à cet affichage. Je pense qu'il serait bon de rappeler à tous- notamment aux LGBT qui habitent le Marais- que ces rainbow flags donnent une visibilité qui permet à ceux qui doivent se cacher dans d'autres quartiers d'avoir un lieu où ils se sentent reconnus. Il est trop facile quand on habite le quartier cossu qu'est devenu le Marais d'oublier ce message important. Si ce marquage les dérange à ce point, je pense que c'est révélateur pour beaucoup d'une gêne par rapport au fait que les LGBT puissent avoir de la visibilité. Les homos pour eux c'est bien mais à condition qu'ils restent cachés...Toutes les grandes villes du monde gay friendly ont un quartier où ce genre de marquage existe. Il n'y a que les bonnes âmes du Marais que cela indispose à ce point.

- Ce qui me dérange le plus avec le fait qu'on parle de "Dictature LGBT" c'est que cela représente une insulte pour tous les pays dans le monde où les LGBT sont victimes des pires oppressions. Des dictatures qui organisent des violences collectives, voire institutionnalisées contre les homosexuels je peux en citer de nombreux cas. Je ne connais pas de cas de "dictature LGBT" dans lesquels les hétéros se sentiraient opprimés. Si la seule violence est celle de voir des symboles multicolores dans les rues je ne peux en aucun cas me sentir compatissant.

- Je suis encore plus agacé que l'on associe la seule Anne Hidalgo à la lutte contre les discriminations que subissent les LGBT et que du coup on l'invite à "dégager". Ceux qui ont écrit ce graffiti laissent entendre que c'est le cas. Or, j'ai l'espoir que ce combat pour les droits dépasse les clivages politiques parisien. Je ne suis pas du tout un soutien de la maire de Paris mais je pense que l'attaquer en raison de son engagement en faveur de la communauté LGBT est une grave erreur. Pour ne pas tomber dans ce piège, il serait bon que chacun montre par ses prises de position que Mme Hidalgo est loin d'être la seule à porter ce combat pour une valeur centrale dans notre République : l'égalité des droits.

-

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire